Shadow of the Tomb Raider : La suite du remake du reboot

Cette critique de Shadow of the Tomb Raider a été réalisée sur PC à partir d’une version reçu gratuitement par l’éditeur du jeu.

Un reboot lui même fortement inspiré de la franchise Uncharted de Sony qui a su s'imposer comme LE jeu vidéo popcorn action aventure de ces dernières années. Cela dit, le Tomb Raider de 2013 avait permis à la série de se faire une nouvelle jeunesse. Crystal Dynamics nous présentait une nouvelle Lara Croft et le jeu, à défaut d'innover, proposait au public de retrouver l’héroïne iconique de leur jeunesse. Un deuxième épisode suivait deux ans plus tard, toujours le studio américain. N'apportant pas grand chose de plus sinon une skin plus enneigée, la critique n’a pas manqué de pointer du doigt le manque de nouveauté et a accueilli Rise of the Tomb Rider avec un avertissement pour la suite.

Le jeu est parfois incroyablement beau, notamment dans les villages.

Le jeu est parfois incroyablement beau, notamment dans les villages.

Ce nouvel épisode, le dernier de la nouvelle trilogie, baptisé Shadow of the Tomb Raider, nous est livré cette fois par Eidos Montreal. Reprenant les assets des deux premiers épisodes, le jeu a pour principal objectif d'occuper le terrain. C'est donc un produit de commande, un peu comme l'était Batman Arkham Origins en son temps. Le problème, c'est qu’à son tour, le jeu nous ressort les mêmes choses déjà vues et revues, ce qui fini inévitablement par nous fatiguer, et cela encore plus vite que les épisodes précédents.

Ceci étant, Shadow of the Tomb Raider répond bien à la commande. Tous les éléments du cahier des charges sont cochés et validés. Eidos Montréal livre un jeu propre, parfois très beau, aux mécaniques qui fonctionnent, mais il souffre d’une boucle de gameplay qui se répète trop vite jusqu’à finalement nous faire tomber la manette des mains. Les phases « Predator » qu'on nous vendait dans les trailers d’avant sortie ne sont finalement que trop rares. C’est dommage de ne pas avoir creusé un peu plus de ce coté là car ça fonctionne plutôt bien.

On le voit sur son visage, Lara tue par plaisir maintenant.

On le voit sur son visage, Lara tue par plaisir maintenant.

Du coup, on continue l’aventure au rythme de l’histoire et de cette boucle de gameplay qu’on commence à connaitre par coeur. Le problème, c’est qu’on se force plus qu’on ne prend plaisir, car on a déjà tout vu. Alors c’est vrai, on ne passe jamais un mauvais moment sur Shadow of the Tomb Raider, mais ce n’est pas l’éclate pour autant.

Le trop plein de loot à gogo et le craft dans tous les sens n’arrangent en rien. Le joueur qui découvre la série avec ce dernier épisode pourra l’apprécier d'avantage, car il fait tout bien et il est même très beau. Les villages sont splendides. On rigolera aussi pas mal avec son mode photo et les expressions de Lara qui sourit alors qu’elle a pris trois flèches dans le bide. Mais est-ce suffisant pour y aller. C’est un peu à vous de voir.

Cheeeeeeeeese

Cheeeeeeeeese

Pour ceux ayant trouvé le précédent un peu limite, alors mieux vaut laisser passer quelques mois et attendre une jolie promo pour se le faire, ne serait-ce que pour savoir comment Lara s'en sortira cette fois ci. Un petit indice ? A grand coup de fusil à pompe dans les gencives et d’éliminations toutes plus gores. C'est certain, la Lara innocente des 5 premières minutes du reboot de 2013 a bien grandi.

La transformation de l’héroïne à travers cette trilogie, faisant passer Lara de jeune fille fragile à une chasseuse impitoyable, véritable machine de guerre, nous indique qu’elle n’est pas prête de prendre sa retraite de sitôt. Et c’est tant mieux !

JonhyBleez