Critique : Horizon Zero Dawn, une démonstration de savoir faire

Cette critique de Horizon Zero Dawn a été réalisé sur PS4 à partir d'une version qui m'a été fournie gratuitement par l'éditeur.

Horizon Zero Dawn est un jeu dont l'exécution sans faute par le studio Guerrilla Games doit être applaudie. Il marquera à coup sûr les esprits sur cette génération de consoles.

Sortir une nouvelle licence après plus de 10 ans à travailler sur du Killzone. C'est comme ça que le studio first-party de Sony fondé en 2000 et basé aux Pays-Bas sort de sa zone de confort et tente de surprendre. La plus grosse crainte que le joueur peut légitimement avoir est de savoir comment un studio habitué au FPS couloirs s’en est sorti avec un cahier des charges dont la commande est un action RPG en monde ouvert avec une jeune femme comme personnage principal.

C’est donc à un pari osé que s’est risqué le studio néerlandais. Je vais jouer franc jeu dès le début de cette critique, Guerrilla Games s’en sort merveilleusement bien avec Horizon Zero Dawn, qui est l’un des meilleurs jeux à monde ouvert auquel il m’a été donné de jouer. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Un sombre horizon pour l’Homme

L’histoire nous plonge mille ans dans le futur. L’humanité a sombré, dépassée par les machines. La technologie n’est plus et c’est un retour aux sources pour l’Homme et son mode de vie. On incarne Aloy, une paria de la tribu Nora élevée par un homme lui-même banni de la tribu. C’est autour de cette relation que se construit l’intrigue du jeu qui nous plonge dans un monde où les machines règnent en maîtres, et les hommes se disputent les restes. Une fois les premières heures de mise en place du scénario et de l’installation des bases de gameplay terminées, nous voilà lancé sur un énorme terrain de jeu, aussi beau que dangereux.

Aloy peut chevaucher des montures une fois la compétence requise obtenue

Le level design de ce monde ouvert proposé par Guerrilla Games est d’une cohérence exceptionnelle. Crédible, beau, inspiré. Les différentes zones qui composent le terrain de jeu sont toutes bourrées de petits détails. Le monde dans lequel on nous propose d’évoluer est immersif et c’est certainement ça que je retiendrais le plus. Il fait sens. Il est vivant. On aime y évoluer. Des chemins construits à flanc de falaise, des ponts surplombant une rivière en contrebas. Une grotte éclairée par quelques torches, qui s’ouvre sur une grande plaine désertique. Autant d’endroits et de moments qui donnent au jeu un caractère unique.

Je peux compter sur les doigts de la main les mondes virtuels qui m’ont fait ressentir pareilles sensations.

Les artistes de Guerrilla se sont fait plaisir. Ca se voit. Ca se ressent. C’est inspiré, souvent très beau. On a même la chance d’avoir un mode photo. Merci. Il y a des panoramas superbes qui méritent un temps d'arrêt tant la vue offerte est incroyable. Le bestiaire est également inspiré avec ces mechas, presque organiques, qui donnent l’impression de pouvoir exister. Les villages, les tenues, certains intérieurs, tout ça est superbe. Bravo.

Un jeu qui transpire le contenu

Les activités proposées en parallèle à l’histoire principale sont intéressantes et permettent évidemment de décupler le temps de jeu. Il y a de quoi faire et le tout est varié. Ce qui est essentiel à souligner, c’est que ces activités surviennent presque naturellement, sans jamais s’imposer au joueur. On croise un personnage car il est le long de la route qu'on emprunte. Aloy remarque quelque chose, fait une réflexion, attise notre curiosité. Tout est fluide et naturel dans la progression de l’aventure.

La force du jeu est qu’il nous donne envie d’explorer son monde, sans avoir besoin à tout prix de nous tirer vers ce qu’il veut que l’on voit. C’est absolument épatant et ça fonctionne à merveille.

Quand je vous dis que certains panoramas méritent de se poser pour être appréciés

Ce que réussit également Horizon Zero Dawn, c’est de ne jamais être ennuyeux. Habituellement, je lâche assez vite ce type de jeu. Il y a trop de choses à faire et le jeu ne me laisse pas tranquille. Je me détourne de la trame principale pour ensuite tourner en rond et me plonger dans un ennui dans lequel je m’enferme jusqu’à être dégouté du jeu. Ici, tout s'enchaîne tellement bien qu’à aucun moment on a envie de lâcher la manette.

L'absence de verrouillage m'obsède encore et toujours

La seule chose qui m’a déplue et qui me rendait encore nerveux même après plusieurs dizaines d’heures, c’est l’impossibilité de pouvoir verrouiller un ennemi. Cela rend dans mon cas les combats très confus. On doit sans cesse réajuster la caméra lorsqu’on esquive une charge ennemie, l’adversaire se trouvant subitement derrière nous. On le perd de notre champ de vision. On doit faire pivoter la caméra afin de le remettre sur l’écran. C’est un coup à prendre et ça ne rend pas le jeu injouable pour autant, mais il est difficile de ne pas appuyer sur R3 par réflexe dès qu’un ennemi est à proximité. Vous voilà prévenu. 

J’ai posé la question chez Guerrilla et il en ressort un choix conscient et délibéré. Il trouvait qu’ainsi, ça laissait place à plus de liberté d’action, pour une approche furtive avec des pièges, et que ça rend les combats moins stéréotypés, notamment si on utilise l’arc à flèche. Pas convaincu de la réponse, ni de l’absence du verrouillage en jeu.

Le personnage d'Aloy est attachant et loin des stéréotypes du jeu vidéo

Aloy n’encaisse pas énormément et quelques coups suffisent pour l'envoyer au tapis. Sa barre de santé diminue rapidement. Une approche discrète est dans la plupart des cas recommandée. On peut s’équiper de tenues et d’artefacts à bonus passifs pour améliorer son style de jeu. Plutôt orienté combat direct au corps à corps ou chasseur invisible qui tue en un coup, ou un mélange des deux. Si le côté action est bien présent, son pendant RPG n’est pas délaissé pour autant. On retrouve trois arbres de compétences bien fournis et du crafting qui nécessite son lot de loot. 

Un coup d'essai qui atteint des sommets

Je suis réellement impressionné par le travail de Guerrilla Games sur Horizon Zero Dawn. Je ne m’attendais pas à me retrouver face à un jeu qui m'accrocherait autant. J’ai pris énormément de plaisir à y jouer. Je continue d’ailleurs à boucler les nombreuses activités et quêtes annexes que je n’ai pas terminées. Ce jeu est une réussite sur à peu près tout ce qu’il entreprend.

Horizon Zero Dawn débarque sur nos consoles et n’a pas à rougir face aux meilleurs jeux à monde ouvert car il en fait dorénavant partie.

De très grosses créatures croiseront la route d'Aloy. Il faut être préparé.

Côté technique, Guerrilla Games a placé la barre très haut. Ca tourne admirablement bien, même si c’est bloqué à 30 FPS. Limitation technique de la console oblige, ils ont dû faire un choix entre des graphismes et une résolution poussés vers le haut ou un framerate plus élevé. Ce dernier a le mérite d’être stable, c’est toujours ça de pris. Alors, ça n’est pas gênant outre mesure, mais n’oublions pas que nous sommes en 2017. Ceci étant, la direction artistique, le travail effectué sur les textures, les détails de la faune, l’animation des mechas et de notre personnage, tout ça permet d’effacer ce faux pas qui n’en est pas vraiment un.

Terminons en soulignant un doublage français assez correct même si inégal par moment. Le jeu est entièrement doublé et il peut être bavard si l'on prend son temps et qu'on se prête au jeu. L'histoire tient la route mais n'atteint pas des sommets. La bande son colle bien à l’esprit du titre avec des musiques qui peuvent être envoûtantes pour ensuite se recentrer sur des moments de tensions plus prononcées. Le sound design est globalement réussi et accentue l’immersion du joueur dans ce monde qui n’attend qu’à être visité.

Vraiment, je n’ai pratiquement rien à dire de négatif sur le jeu. Il déroule sans forcer. Ca donne l’impression d’être facile. Un vrai triple A qui envoie la sauce. Bien sur je pourrais faire le gars qui cherche la petite bête et parler du lipsync peu précis. Je ne suis pas non plus fan des menus en forme de cercle pour la sélection des armes et des munitions. Il y a certainement plus ergonomique et pratique. C'est sans doute le joueur PC qui parle.

Mais franchement, si j’avais eu mon système de lock sur les ennemis, Horizon Zero Dawn aurait été presque parfait pour moi. Un jeu riche et généreux comme celui-ci est à conseiller sans aucune hésitation. Rien ne justifie de ne pas le dévorer de suite. Vraiment, il y aurait plus stupide comme décision dans votre vie de joueur que de vous faire plaisir en jouant à ce jeu fantastique alors n’hésitez pas. Merci à Guerrilla Games pour cette pépite du jeu vidéo.

JonhyBleez