Critique : Watch Dogs 2, tu hackes en Slash

Cette critique de Watch Dogs 2 a été réalisé sur PS4 à partir d'une version éditeur

Watch Dogs 2 est une suite réussie. Ce second épisode reprend tout ce qui fonctionnait bien chez son aîné et améliore le tout pour nous offrir un jeu beaucoup plus plaisant à jouer. La ville de San Francisco y est bien rendue et la bonne nouvelle c’est que les designers ont trouvé le bouton de saturation. Fini le gris/brun terne et dépressif du Chicago de Watch Dogs et place enfin à des couleurs qui mettent un peu de vie dans notre ville virtuelle. En terme d’open-world, c’est pas mal du tout. La carte est assez grande. Il y a plein de choses à faire. La conduite est par contre un des éléments dont je ne suis vraiment pas fan. C’est, comment le décrire, assez perturbant.

Le hacking occupe désormais une place importante dans le gameplay

Les développeurs ont choisi de pousser l’aspect hacking dans Watch Dogs 2. Les possibilités sont multipliées. L’usage de drones est par exemple une excellente idée et surtout, c’est vraiment fun à jouer. Avec les mécaniques qui nous sont offertes, on peut s’infiltrer partout, et c’est d’ailleurs conseillé car le jeu devient très punitif une fois que l’on se fait repérer.

Notre personnage n’a pas un look de héros ordinaire. Un nerd hipster pour changer le monde et combattre les puissants. J’aime bien l’idée. Le ridicule ne tue pas. Et je le trouve nettement plus réussi et crédible qu’Aiden Pierce. Après il fallait vraiment le vouloir pour faire pire. L’ensemble des membres du groupe DedSec de cet épisode sont d'ailleurs réussis. Mention spéciale au personnage de Wrench que j’ai trouvé bien écrit, en plus d'avoir un look complètement dans le ton. Le jeu se veut ancré dans son temps, avec ses smartphones, ses applications à tout-va et son focus de surveillance du peuple par les puissants. Il s’adresse peut-être à un public de jeunes adultes qui se retrouveraient dans ces propos. En tout cas, de part la façon dont c'est amené.

La vraie réussite de Watch Dogs 2, c’est selon moi cette écriture et ce second degré. Le jeu ne se prend pas au sérieux et gagne en crédibilité. Quand Aiden Pearce se présentait comme un vigilante prêt à tout pour se venger, on est à présent dans un scénario moins grave, moins austère, mais avec des enjeux de société qui n'en sont pas moins intéressants. On aurait toutefois aimé un Watch Dogs 2 encore plus décomplexé, un peu plus fou. Il porte les marques d’un jeu Ubisoft, avec ses indicateurs flashy et ses points qui popent partout sur la mini-map. C’est un jeu qu’on peut picorer, en petite ou en plus longue session de jeu. À consommer avec modération pour ne pas trop vite se gaver.

Un mot sur le portage PC et sur l’optimisation maintenant. Le jeu est joli. Tout à fond, c’est vraiment sympa mais c’est pas maboule non plus. Et gros bémol du coup, c’est qu’il faut une machine de la NASA pour pouvoir en profiter. Si bien que les développeurs du jeu, sans doute conscients de ce problème, ont décidé de ne pas tout activer, même une fois les paramètres graphiques en Ultra. Avec ma machine à base d’i7, 1080 GTX et 16Gb Ram, j’obtiens de grosses chutes de framerate, surtout en extérieur. Le plus ennuyant, c’est que ce framerate est inconstant et joue sans cesse au yoyo. En intérieur ceci-dit, je tourne à une moyenne proche des 60ips. Mais c’est pas glorieux de ce côté là et rien ne justifie vraiment la puissance demandée. Dommage.

Je recommande Watch Dogs 2 surtout aux fans de monde ouvert qui aiment passer du temps dans un monde virtuel. Il y a de quoi s’occuper. On s’amuse, c’est le principal. Merci le hacking. Mais comme je l’ai dit plus haut, le jeu aurait gagné à aller plus loin dans ce qu’il propose, pour gagner encore plus en profondeur, à la fois narrative et de gameplay. On aurait alors eu un jeu proche de l’indispensable dans son style. On a quand même une suite vraiment réussie. C'est déjà pas mal.

JonhyBleez