Critique : Dissidia Final Fantasy NT

Ce test de Dissidia Final Fantasy NT a été réalisé sur PS4 grâce à un copie généreusement fournie par l'éditeur du jeu.

L’onboarding. Si vous n’avez jamais entendu ce terme jargoneux appliqué au jeu vidéo, c’est une notion qui caractérise les premiers moments que l’on va passer sur un jeu fraichement installé et lancé. Il englobe le menu d’accueil jusqu’à la découverte des mécaniques de gameplay. On parle souvent de la première heure de jeu. Elle est souvent décisive. En effet, celle-ci est particulière, c’est un fait.  On la garde en mémoire, longtemps après nos derniers instants sur un jeu. En effet, cette première heure, ou du moins le souvenir de l’expérience que l'on en a, n’est plus celui de notre expérience momentanée manette en mains , mais celui de notre expérience remémorée. Et ça, c’est difficile, voire impossible à prévoir pour un designer d’expérience. Au temps tabler sur une bonne impression dès le départ.

dissidia-final-fantasy-nt-screen-02-ps4-us-09June2017.jpeg

En fait, c'est cette expérience remémorée que l'on devrait viser en tant que créateur d'expérience. En proposant un onboarding de l’instant fluide et transparent, nous guidant sans pour autant nous prendre par la main, nous apprenant le jeu tout en nous donnant du fun immédiatement. C’est un travail compliqué, mais les jeux qui réussissent cette étape sont souvent bien parti pour nous captiver sur la durée. Pourquoi ? Car durant ces premiers instants, on s’est senti tout de suite bien, on a passé plusieurs heures à s’amuser et on a pas vu le temps passer.

Dissidia verra

Même si l’exercice est compliqué, il n'est pas impossible de se mettre sur la bonne voie sans trop d'effort. Par exemple, en 2018, a-t-on encore envie, nous joueurs, de passer ces premiers moments en compagnie du jeu à apprendre, étapes par étapes, les différents systèmes qui s’imbriquent ensemble, à apprendre toutes les combinaisons et toutes les touches du jeu, du déplacement de son personnage, en passant par les différents boutons de frappes ? Non. Pas vraiment.

Est-il encore acceptable de proposer une interface utilisateur trop peu lisible et qui en plus de ça est incompréhensible sans avoir passé une heure à  chacun des éléments du HUD. Non, toujours pas. On est d’accord. Sans trop me tromper, je peux affirmer que l’onboarding de ce Dissidia Final Fantasy NT est raté, ni fluide ni transparent. C’est un véritable mur que l’on doit escalader avant de voir ce qui se cache derrière. Pris hors garde, sans personne pour nous prévenir, on a du mal à s’en remettre. Le manque de travail sur cette aspect pourtant si important est difficilement compréhensible. Le jeu venant de l’arcade, il ne s’adresse peut-être pas à tout le monde. Ok, mais le but n’est-il pas de vendre et d’attirer des joueurs ? Rien ne donne envie de s’accrocher.

dissidia-final-fantasy-nt-screen-01-ps4-us-09June2017.jpeg

Du coup, je tente le mode solo, me disant que peut-être, en passant par là, l’apprentissage sera plus doux. Je découvre plutôt un système de progression peu plaisant, nécessitant de devoir récupérer des crédits pour faire avancer l’histoire. On débloque ces derniers en faisant des combats, ceux-ci nécessitant d’avoir une connaissance approfondie des mécaniques de jeu et de grinder de l’expérience pour les IA qui nous accompagnent durant les combats en solo. Une boucle de l’enfer, quand ce qu’on veut c’est juste jouer pour s’amuser.

La bagarre à tout prix

Dissidia Final Fantasy NT est un jeu de combat qui se joue en 3vs3, sur des arènes 3D avec des ciblages sur son opposant direct et une science de la lecture et du placement qui nécessite de la pratique. C’est très technique. Le casting vend du rêve. C’est un jeu de fan service assumé. C’est propre, même si pas très jolis. Mais le principal problème vient de son côté arcade très présent et du peu d’effort mis en place pour permettre à un quidam attiré par la pochette du jeu de passer un bon moment rapidement. C’est tout l’inverse, il faut vraiment s’accrocher.

dissidia-final-fantasy-nt-screen-05-ps4-us-09June2017.jpeg

C’est un jeu qui s’apprend. C’est un jeu qui se mérite. C’est un jeu qui nécessite un investissement conséquent de la par du joueur. Quand tout s’aligne et que l’on joue en compagnie de baroudeur de l’extreme qui comprennent eux aussi les mécaniques et savent ce qu’ils font, alors parfois, voit de superbe partie se créer sous nos yeux. Mais ça s’est rarement passé comme ça pour moi. C’est peut-être culturel. On est moins habitué à se style de jeu. On arrive  dès lors moins à l’apprécier. C’est plus compliqué en tout cas. 

Si vous êtes tatoutés FF sur le coeur, que vous savez d'avance dans quoi vous vous engagez, que la courbe d’apprentissage est conséquente et qu’une fois passer un certain temps nécessaire, vous accéderez peut-être à du fun, alors oui, pourquoi pas. Si par contre, vous désirez un jeu clé en main, qui vous propose du plaisir dès la galette entrée dans votre console, alors mieux vos passez votre chemin. 

JonhyBleez